Accueil

Le futur s'appréhende avec des faits scientifiques

Vous voulez passer un bon moment et vous instruire ? Notre site vous propose des articles variés touchant de près ou de loin au monde scientifique. Ce monde est très vaste, notre choix et de sélectionner pour vous les informations qui permettent d’envisager avec le plus de justesse possible l’avenir à court et moyen terme. Pour en savoir, plus sur nos valeurs, cliquez ici.

Introduction à la collapsologie

Découvrez ces introduction aux théories de l’effondrement de notre civilisation thermo-industrielle dans un avenir proche. Quelques soit le support, le discours apparaitra malheureusement bien moins

Lire plus »

La grille de lecture de faitesdelascience.fr

Nous sommes pour une approche systémique

Les publications scientifiques, prises isolément, nous permettent d’envisager les divers problèmes qui mettent en cause notre avenir radieux et leurs solutions. Dans le champs des énergies, de l’agriculture et du climat, elle permettent d’étudier un phénomène en profondeur avec une certitude la moins réfutable possible.

Néanmoins, dans un système complexe comme l’est notre civilisation, tout est étroitement lié. Prenons un exemple : une solution émane au niveau des énergies renouvelables ? Est-elle simplement réaliste à grande échelle en fonction des possibilités en termes de matières premières pour la déployer ? Est-elle compatible avec les nécessaires surfaces agricoles ? Quelles contreparties seraient impliquées ?

Nous sommes vigilants : mécanismes de défense et concepts erronés de l'économie classique

Nous prétendons nous éloigner des réflexions non étayées et impressionnistes, basées sur des informations isolées relayées par les médias.

Les mécanismes de défense sont des stratégies adoptées par notre psychisme pour composer avec la réalité. Le déni et le refoulement sont des exemples . Un réel trop lourd en implications est typiquement dénié.

Enfin la grille de lecture des théories économiques classiques sont également des vues erronées en ce qu’elles sont toute dérivées d’une vision du monde qui n’est plus d’actualité car tant elle considère les ressources en matières premières comme quantités infinies.